• José Le Goff. Le mal-voyant

     

    José Le Goff<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    Le mal-voyant<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Mal voyant écorché traînant mes nuits sans lune<o:p></o:p>

    Je m’étais résolu, déclinant dans le noir,<o:p></o:p>

    Au temps de l’imparfait le joli verbe voir<o:p></o:p>

    Et ramant, j’endurais ma pénible infortune !<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    A l’écran sans le voir, je glanais quelque mot !<o:p></o:p>

    Abandonnant contraint, écriture et lecture,<o:p></o:p>

    Devenu passager de ma propre voiture,<o:p></o:p>

    J’imaginai le foot au son de la radio !<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Un matin, décidé, je quêtais chez mes proches,<o:p></o:p>

    Pour sortir dans la rue, un accompagnateur,<o:p></o:p>

    Pour tout autre démarche, un parent, un tuteur !<o:p></o:p>

    J’avais mis ma fierté, mon honneur dans mes poches !<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    J’osais les premiers pas de changements profonds !<o:p></o:p>

    Atteint à l’âme, au corps, vivant dans la hantise,<o:p></o:p>

    D’un acerbe propos qui mine et fragilise,<o:p></o:p>

    J’allais vider l’abcès, engorgeant mon tréfonds !<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Je marche avec mon chien ou conduit par ma femme,<o:p></o:p>

    Presque réconforté par mon petit « restant »<o:p></o:p>

    Mais, je songe à l’aveugle, esseulé, vivotant,<o:p></o:p>

    Quelqu’un va-t-il penser à cet être, à son âme ? ……..<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :