• Sephyr avec un S comme le mouvement de la vague

    Photo de Philipp Plisson

     

    Mes plus beaux souvenirs,<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    Mes moments intenses de vrai bonheur<o:p></o:p>

    En dehors de ceux que j’ai passé avec mes enfants<o:p></o:p>

    Sont une communion avec la mer.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Comment transmettre, moi qui ne suis pas poète, mes émotions.<o:p></o:p>

    Alors, tout en lisant, baissez vos paupières, <o:p></o:p>

    Immergez vous dans le bleu,<o:p></o:p>

    Ouvrez vos narines et laissez l’odeur de l’iode vous gagner,<o:p></o:p>

    Goûtez le sel sur vos lèvres,<o:p></o:p>

    Sentez la caresse du vent sur vos cheveux.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Je n’avais pas vingt ans…<o:p></o:p>

    Notre bateau s’est échoué en douceur en atlantique, pas très loin de Royan…<o:p></o:p>

    Nous étions jeunes, inconscients et inexpérimentés (cours de navigation).<o:p></o:p>

    Erreur,c est vrai de navigation...il y avait un banc de sable...

    Le voilier s’est couché très  lentement sur le sable.
    Alors que pour certains d’entre nous, l’inquiétude se voyait<o:p></o:p>

    Moi, j’étais heureuse….une île déserte pour nous se dessinait progressivement..<o:p></o:p>

    Je suis allée radieuse ancrer le bateau et je batifolais dans l’eau de bonheur.
    Il nous fallait attendre que la marée monte pour reprendre notre navigation.<o:p></o:p>

    Ces heures sont pour moi le souvenir d’un moment inoubliable.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Et puis quelques années plus tard, les régates en Manche sur un tout petit voilier…<o:p></o:p>

    Un tout petit voilier que je regrette encore.
    Pourtant, j’avais froid et parfois faim…Nous voulions gagner…car ils étaient forts, les garçons. Lorsqu’il s’agissait de gratter une place, nous donnions tout notre positif au barreur…La mer, le bateau et nous…nous ne faisions qu’un, nous mettant à l’unisson avec ce que nous offraient les vagues et le vent.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    J’ai eue ma période luxe…Navigation sur un deux mats aux alentours de <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName ProductID="la Rochelle.C" w:st="on">la Rochelle.
    C</st1:PersonName>e bateau il pouvait nous emmener au bout du monde.<o:p></o:p>

    J’avais perdue mon inconscience et ne possédait pas l’expérience nécessaire pour quitter les cotes. Quand au propriétaire, il avait le mal de mer. A deux, une sortie en mer me faisait un peu peur. Je n’avais pas peur de la mer…Je craignais d’assumer seule la responsabilité du bateau. En revanche, nos arrivées au petit matin au port des minimes et sentir le bois, entendre le cliquetis des haubans et le clapot de l’eau contre la coque…heum…ce bateau, je l’avoue, c’est au mouillage que je l’ai le plus aimé.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Entre <st1:PersonName ProductID="la Rochelle" w:st="on">la Rochelle</st1:PersonName> et fort Boyard, des dauphins ont joué avec la coque du bateau pendant très longtemps. C’est inoubliable, ce jeu. Les dauphins sautaient et passaient devant l'étrave de l'Ovni (c'est le voilier).Nous étions quatre et la joie nous irradiait. Les mots n’ont plus de sens dans des moments comme cela. D’ailleurs, nos regards suffisaient pour savoir ce que chacun d’entre nous ressentait. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Et puis, nos déjeuners en pleine mer…on réduit la voilure…et nous savourons le saucisson entre les cordages. De très bons moments au large d’Antibes. La Méditerranée et son rivage ocre..une merveille.Le bateau était nid d'amour bercé par les flots. Mouillage dans les criques...avec comme musique le sifflement du vent....

    <o:p> </o:p>

    Sortir du bassin d’Arcachon…cela secoue…certains se sont sentis barbouillés….alors, nous nous sommes retrouvés à deux pour un long quart de nuit…C’est magique !<o:p></o:p>

    Une nuit de brume, un équipage qui dort…et un bateau qui file vers Hendaye.<o:p></o:p>

    S’il est un sens en éveil, c’est l’ouie….dangereux dans le brouillard mais tellement fascinant.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Longer les cotes d’Hendaye et aller déjeuner à coté d’un fort…

    Pas de broullarta...alors chacun son tour, on se détendait...s'endormant dans une béatitude extraordinaire.

    <o:p> </o:p>

    J’aime le vent et la mer….Que je sois au ras de la vague ou dans le creux….

    Que la mer soit d'un bleu profond ou tâchée de vert,

    Qu'elle soit alanguie ou en colère,

    Elle m'envoüte, elle m'enchante,

    Elle m'apaise, elle me ressource

    Elle est pour moi, source de vie.

    <o:p></o:p> 

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>


  • Commentaires

    1
    floraly
    Jeudi 5 Juillet 2007 à 09:33
    tr?joli texte et en plus un voyage tout le long de nos belles c? de france!
    2
    chantal6709
    Vendredi 6 Juillet 2007 à 00:16
    votre texte, s?yr, est splendide! il nous transporte vers celle que nous devrions tous prot?r mais que beaucoup abiment ?amais! La mer, la beaut?la vie!
    merci de ce beau "voyage" ?ravers les mots...
    3
    junkers27
    Vendredi 6 Juillet 2007 à 23:59
    je viens te remercier de la part de *nessaearfallas elle ne peut ecrire en ce moment et t'envoie de gros bisous
    4
    el zorro
    Mardi 10 Juillet 2007 à 20:32
    moi aussi j'ai un article ds rubrique ma bretagne natale jolie photos sur cet new article
    bizzzzzz
    5
    JBEM
    Samedi 18 Août 2007 à 02:24
    Simple et beau, ce texte est un bel hymne ?'?sion, dans ce qu'elle a de plus subtil. Magnifique invitation ?'appr?ation des choses les plus les simples et les plus belles qui soient. Merci de bien vouloir les partager avec tous ceux qui peuvent y d?ler la manifestation d'une humanit?ibrante. Bravo!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :